Tennys

Sandgren

Même s’il est professionnel depuis 2011, Tennys Sandgren a fait son incursion dans le top 100 relativement tard, en juin 2017, après avoir disputé à Roland Garros son premier Grand Chelem dans le tableau principal. Mais c’est six mois plus tard que le grand public l’a véritablement découvert, puisque, contre toute attente, il s’est hissé en quart de finale de l’Open d’Australie, dominant en route Stan Wawrinka et Dominik Thiem.

Un solide cogneur à la mode américaine, Sandgren est très à l’aise sur terre battue. Sa première finale ATP, il l’avait disputée sur la surface ocre à Houston l’an dernier (battu par Steve Johnson). Et il a dû attendre six mois pour en disputer une deuxième et s’imposer cette fois. C’était en janvier dernier à Auckland.

Et à ceux qui assumaient le contraire, Sandgren l’affirme, son prénom n’a rien à voir avec le sport qu’il exerce en tant que professionnel. « C’était le prénom de mon arrière grand-père » assure-t-il.